Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 09:04

courrier en réponse à la lettre du 5 juillet 2010 de Monsieur Olivier DULAC directeur général du groupe DAICI


Monsieur,

Vous avez le nez fin. Par courrier en date du 5 juillet 2010, vous avez pris contact avec l'association La Ravine Rousse pour nous signaler que l'un de vos clients pourrait être intéressé par le rachat de notre "entreprise".

Vous avez le nez fin et moi je marche sur des œufs car la Ravine Rousse a été fondée pour m'accompagner dans un projet de production discographique, l'objectif étant de réaliser mon disque dans un cadre non-marchand. Des amis ou anonymes sympathisants adhèrent à l'association apportant à "fond perdu" les capitaux nécessaires à l'achat du matériel, le payement des musiciens, la duplication des disques... Une quarantaine d'adhérents ayant déjà rallié le projet, je ne voudrais froisser personne en revendant si tôt la boutique.

Vous avez le nez fin et j'ai les chevilles qui enflent. Une société internationale -installée sur les Champs Elysées et avec un capital de 792000 euros- s'intéresse au projet que j'ai initié. Remarquez, il y a de quoi ! Quoi de plus enthousiasmant pour vos clients qu'une association toute jeune, composée d'adhérents volontaires et généreux. Pour un peu que le futur tenancier fasse preuve d'imagination, il aura derrière lui une équipe enthousiaste et amicale.

Vous avez le nez fin et je sens déjà mes dents qui poussent. Votre proposition est alléchante. Admettons que je passe le pas ; que je vous vende une association à but non lucratif dont l'essence même est une tentative d'alternative au système marchand dominant ; ma prise de risque est conséquente et je crois savoir que, dans le système financier capitaliste, la prise de risque justifie des rémunérations importantes...

Vous avez le nez fin et j'ai les mains moites. La Ravine Rousse a été créée pour réunir 5000 euros pour produire mon disque. Si on ajoute 6799 euros pour ma prise de risque (perte d'amis, décrédibilisation de mon discours) et 1400 euros pour mon dentiste (ma mutuelle prends très peu en charge les couronnes), cela nous fait 13199 euros sans contrôle technique.

Rendez-vous samedi prochain à huit heure et quart derrière l'église de la Ravine des Cabris pour l'échange des mallettes. Nous nous reconnaîtrons sans problème, vous aurez le nez fin et moi mes idéaux en berne.

Je vous prie d'agréer Monsieur, mes salutations distinguées.

Partager cet article

Repost 0
Published by Eric KSOURI - dans LES LETTRES
commenter cet article

commentaires

Guillemette de Colombe 28/08/2017 14:11

Merci pour la mise en garde !
Egalement contactée, je me demandais comment ils avaient eu mes coordonnées (j'imagine CCI ? Journal Officiel ?) et surtout qui ils étaient, leur site ne décrivant ni l'équipe, ni leur méthode (deux lignes c'est court !), ni les rapprochements réalisés ... C'est vous qui avez eu le nez fin :-) Et de l'humour ! J'espère que votre disque a vu le jour !

hassane 23/07/2016 22:35

c est une vrais arnaque on ma pique 2200.00euros pour zero resultat

Tp ducros 24/08/2016 16:49

Vous avez raison de vrais escrocs beaux parleurs en col blanc qui vous passent la pommade et qui mon moi aussi piege Surtout ne signez rien et ne donnez pas un centime.

Géraldine 22/02/2016 15:50

Merci , j'ai failli les appeler .

BERNARD 10/11/2014 11:21

Monsieur BRAVO !!!
Vous avez tout compris !!!! cette société est une vraie ARNAQUE…
ce n'est pas de la médisance, c'est du vécu…Cela me satisfait de savoir que
tous ne se font avoir.

Je n'ai trouvé aucun forum pour témoigner et/ou envoyer ces charlatans en correctionnel…
Néanmoins l'information est diffusé sur les réseaux sociaux...

Laure Balet 12/01/2011 20:56


Je ne dirais qu'une chose, excellent !!!!!! belle réponse ....

Meilleurs messages

Laure


Eric KSOURI 11/03/2011 18:37


Merci ! Et depuis mon courrier cette société nous a encore envoyé 2 lettres-type pour nous démarcher. Signe qu'ils ne font qu'utiliser les publications au Journal Officiel en "pilote automatique",
sans trop se soucier de ce qui se passe autour d'eux, en attendant de ferrer un client...